Les héros de notre temps : le personnel médical en première ligne de la lutte contre le COVID-19

Dans le monde entier, le personnel médical est le combattant de première ligne contre le COVID-19, mettant sa vie en danger pour sauver celles des autres. Récemment, le chef de l’ONU s’est adressé aux travailleurs du domaine de la santé de toutes les catégories (infirmières, médecins, chauffeurs, nettoyeurs, sages-femmes, techniciens, ambulanciers, pharmaciens, chauffeurs, administrateurs et bien d’autres) et les a remerciés de leurs efforts désintéressés pour traiter et fournir les services nécessaires aux patients pendant cette pandémie.

Mortalité parmi les travailleurs de la santé

Depuis l’émergence de cette pandémie, plus de 100 professionnels de la santé sont morts dans le monde au 4 avril 2020 à savoir l’Italie : au moins 66 ; la Chine : au moins 13 ; le Royaume-Uni : au moins 5 ; la France : au moins 5 ; l’Espagne : au moins 5 ; l’Iran : au moins 3 ; les États-Unis : au moins 1 ; la Grèce : au moins 1 ; la Pologne : au moins 1 ; et le Pakistan : au moins 1. Le graphique ci-dessous donne une répartition de cette mortalité.

Figure 1 - Mortalité des travailleurs de la santé dans certaines régions du monde

Figure 1: Mortalité des travailleurs de la santé dans certaines régions du monde

La situation de l’Afrique

L’apparition du coronavirus a encore compliqué le système de santé et la situation pourrait s’aggraver en Afrique où le système de santé est faible. Les prévisions de l’OMS indiquent que l’Afrique pourrait être le prochain épicentre de l’épidémie après les États-Unis.  Étant donné les effets dévastateurs de ce virus dans d’autres parties du monde, cette prévision fait naître la panique quant à la situation qui prévaudra en Afrique si les prévisions se réalisent. Les travailleurs de la santé qui sont en première ligne doivent être bien préparés pour faire face à cette tâche redoutable. La recommandation est de protéger tout le personnel, mais la réalité est loin d’être vraie, surtout pendant cette pandémie où il y a une pénurie d’équipements de protection individuelle (EPI). Dans certains cas, le personnel se fie à l’équipement de protection “à faire soi-même” car l’EPI doit être rationné en raison d’une pénurie mondiale. Cette situation est d’autant plus inquiétante que de nombreux travailleurs de la santé seraient décédés des suites du COVID-19 en Afrique. L’Afrique ne peut pas se permettre de perdre des médecins étant donné qu’elle souffre déjà d’une pénurie de personnel de santé. La mort d’un médecin en Afrique est une perte pour plus de 10 000 personnes. C’est un grand appel à l’inquiétude car il faut protéger les prestataires de soins de santé qui sauvent des vies.

La situation au Cameroun

Le Cameroun est l’un des pays d’Afrique où le nombre de cas de coronavirus est le plus élevé. Au 24 avril 2020, le pays avait enregistré 1 430 cas confirmés, 43 décès et 668 guérisons, et 40 membres du personnel de santé sont infectés et certains sont morts de cette maladie. Le premier médecin était un spécialiste en otorhinolaryngologie, qui est mort dans l’exercice de ses fonctions le 5 avril à Douala après avoir contracté le virus. Au moins un autre médecin au Cameroun est mort du COVID-19 depuis lors. Il est tout à fait compréhensible que de nombreux professionnels de la santé s’inquiètent aujourd’hui pour leur sécurité alors que la pandémie se poursuit.

L’inaccessibilité généralisée à des fournitures adéquates d’EPI pour les travailleurs de la santé aggrave la situation, surtout dans le contexte où de nombreux pays éprouvent des difficultés à allouer rapidement et de manière adéquate des fonds à la lutte contre le COVID-19 sur un budget 2020 déjà voté. En conséquence, de nombreux établissements de santé ont du mal à faire face à la tâche quotidienne qui consiste à fournir un minimum de masques à leurs travailleurs. De nombreux travailleurs de la santé sont obligés d’acheter des EPI pour eux-mêmes à partir de ressources déjà limitées. Cependant, à la suite de ces événements, le ministre de la santé publique, le Dr Manaouda Malachie, comme plusieurs autres personnalités politiques et administratives du monde entier, a applaudi les prestataires de soins de santé au Cameroun pour leur courage et leur détermination.

Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre nos travailleurs de la santé

En cette période critique, les travailleurs de la santé ont plus que jamais besoin d’EPI pour pouvoir être en sécurité tout en sauvant des vies. Il faut également les motiver financièrement, leur apporter un soutien psychologique et renforcer les effectifs lorsque cela est possible. En outre, ce serait le moment idéal pour rendre les soins médicaux gratuits pour les travailleurs de la santé au Cameroun.

Le virus continue à se propager, alors restez chez vous et lorsqu’il est absolument nécessaire de sortir, portez toujours un masque. C’est un grand cri du personnel de santé dans le monde entier.